Etudier en dehors du Canada

Lorsque vous vous installez au Québec, vos enfants fraîchement diplomés du lycée ou du CEGEP, pourraient vous parler d’aller poursuivre leurs études en dehors du Canada, et plus particulièrement aux Etats-Unis. Il peut y avoir de nombreuses raisons à cela, dont la plus courante est que le programme ou le domaine de votre enfant n’est pas disponible au Québec en anglais. Il y a plusieurs choses importantes à savoir sur l’application à l’Université, et soyez conscient que l’ensemble du processus risque de vous prendre beaucoup de votre temps.

Credit: Creative Commons

Appliquer aux Universités :

La première étape est bien évidemment de chercher les universités qui pourraient vous interresser, et de remplir les formulaires d’application. Vous trouverez toutes les instructions pour l’application sur leurs sites internet à l’onglet « futurs étudiants » ou dans « applications ». Les frais d’inscription sont habituellement de 80$ par application. Si vous souhaitez entrer dans un programme d’Arts, vous devrez probablement fournir un portfolio contenant vos oeuvres, et dans certains cas, un entretien est nécessaire.

Une fois que vous avez été accepté, les démarches ne font que commencer. vous devrez fournir une preuve de votre capacité à payer la totalité des frais de scolarité annuels, un dossier médical attestant que vous avez bien tous les vaccins requis, et un premier versement pour vous garder une place à l’Université.

Appliquer pour un visa d’étudiant F1 américain :

Si vous pensez à étudier hors du Canada, il est important de tout planifier bien en avance, puisque l’une des étapes les plus importantes après avoir été accepté est de faire la demande pour le visa étudiant. L’application comprend des formulaires, des photos, un entretien au consulat des Etats-Unis, et le paiement des frais. Pour en savoir plus, ou effectuer sa demande, cliquez ici.

Frais de scolarité et coûts :

Etudier hors du Canada en tant que étudiant international est plutôt coûteux, et il y a très peu de bourses distribuées. Le plus souvent, ce sont les universités privées qui distribuent le plus de bourses aux étudiants internationaux. Sans cela, la réalité financière (respirez un bon coup) veut que par année, on parle de 50 000 à 80 000$ pour les cours, les dépenses personnelles, les assurances médicales, et les livres. Les frais de scolarité varient selon les universités, mais vous pouvez trouver ces informations sur les sites internet des universités à l’onglet « Tuitions ».

 

Vous voulez en savoir plus concernant les opportunités d’études pour vous et votre famille. Inscrivez-vous à Settle-in.com et consultez “Le Guide”, rubrique “Education” et “Etude”.

Jerry

À propos de Jerry

Before my family and I relocated to Canada where I received a teaching opportunity at one of the country’s renowned universities, my wife and kids were naturally full of questions. What would the schools be like? How does healthcare work? Is Canadian French very different than European French? What about Canadian English verses European English? How cold are those frigid northern winters we’ve heard so much about? The only way to fully understand a new city or country is to experience it first-hand. My family and I decided to embrace our relocation as an adventure. Years after the move, we still consider “The Great White North” our home, and we couldn’t be more satisfied with our quality of life here. // Avant que ma famille et moi-même soyons relocalisés au Canada parce que j’ai eu l’opportunité d’aller enseigner dans l’une des universités assez réputée du pays, ma femme et mes enfants avaient naturellement beaucoup de questions. A quoi ressemblent les écoles ? Comment fonctionne le système de santé ? Le français canadien est-il vraiment différent de celui parlé en France ? L’anglais canadien est-il vraiment différent de celui parlé en Europe? Est-ce que les hivers sont vraiment très rigoureux? La meilleure façon de comprendre entièrement une nouvelle ville et un pays est d’en faire personnellement l’expérience. Ma famille et moi avons décidé de voir la relocalisation comme une aventure. Quelques années plus tard, nous considérons “Le Grand Nord Blanc” comme notre maison et nous ne pourrions pas être plus satisfaits.